Promotion de l'irrigation localisée dans le périmètre irrigué de la basse Moulouya au Maroc - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2005

Promotion de l'irrigation localisée dans le périmètre irrigué de la basse Moulouya au Maroc

(1)
1

Résumé

Le périmètre irrigué de la basse Moulouya s'étend sur 65 400 ha en grande hydraulique, sous un climat semi-aride et des précipitations faibles et irrégulières (300 mm/an), et utilise l'eau provient du barrage Mohamed V, dont la capacité est réduite par l'envasement à 331 millions de m3 (potentiel diminué de moitié). La baisse des apports depuis les années 80 en raison des sécheresses et de la diminution de la capacité du barrage conduit à une situation imminente de pénurie d'eau dans ce périmètre. L'irrigation gravitaire est le système le plus répandu (plus de 75 % de la superficie), mais connu pour ses mauvaises performances (uniformité d'irrigation, efficience d'application à la parcelle) et les pertes en eau enregistrées sont inacceptables dans des conditions de ressources en eau limitée. En 1998, face à cette situation préoccupante, un projet de reconversion de ce mode d'irrigation en techniques modernes et performantes, comme l'irrigation localisée (au goutte-à-goutte), a été lancé par l'office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya (ORMVAM). Plusieurs actions ont été entreprises, notamment la création d'une cellule d'étude des projets d'irrigation localisée et d'encadrement technique. Dans le cadre de cette reconversion, depuis 2002, les subventions atteignent 40 % du coût à la charge de l'agriculteur, et des primes sont attribuées pour le rajeunissement des vergers d'agrumes. La reconversion en irrigation localisée concerne déjà 2 300 ha, surface encore faible par rapport au projet de 18 000 ha pour 2010 (dont 16 000 ha actuellement en gravitaire, 2 000 ha par aspersion). La progression lente de cette reconversion est liée au coût des bassins de stockage, indispensables car le réseau d'irrigation est conçu selon un tour d'eau et la zone ne dispose pas de nappe phréatique de bonne qualité. L'étude financière des projets d'irrigation localisée montre que le coût/ha décroît avec l'augmentation de la superficie aménagée, alors que le coût du matériel de transport et de distribution est constant (13 000 Dh/ha). L'ORMVAM mettra donc en place des projets collectifs pilotes au profit des petits agriculteurs afin de réduire le coût. Ces projets seront gérés par des associations d'usagers d'eau d'irrigation, qui acquerront un savoir-faire de la gestion collective de l'irrigation.
Fichier principal
Vignette du fichier
I_Tizaoui.pdf (841.14 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte
Loading...

Dates et versions

cirad-00187904 , version 1 (15-11-2007)

Identifiants

  • HAL Id : cirad-00187904 , version 1

Citer

Marcel Kuper. Promotion de l'irrigation localisée dans le périmètre irrigué de la basse Moulouya au Maroc. Séminaire sur la modernisation de l'agriculture irriguée, 2004, Rabat, Maroc. 11 p. ⟨cirad-00187904⟩

Collections

CIRAD WADEMED2004
392 Consultations
2982 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More