L'irrigation localisée dans les périmètres de grande hydraulique, atouts et contraintes dans le périmètre du Tadla au Maroc

A. Kobry 1, * A. Eliamani 1
* Auteur correspondant
Résumé : Pour rationnaliser l'usage de l'eau et limiter les pertes, l'Office régional de mise en valeur agricole du Tadla a opté pour une stratégie comprenant la modernisation des équipements, la maintenance des infrastructures hydrauliques et l'adoption de techniques d'irrigation économes en eau comme l'irrigation au goutte-à-goutte. L'ensemble du projet est suivi par un groupe d'ingénieurs et de techniciens, des journées d'information ainsi que deux salons professionnels en 2002 et en 2003 ont été organisés, et des essais montrent la reconversion de l'irrigation gravitaire vers l'irrigation localisée et servent à la vulgarisation de ces techniques. Dans le Tadla, 140 exploitations, soit 2 000 ha, s'équipent en irrigation localisée. Les agriculteurs prévoient d'intensifier leurs cultures pour augmenter leur revenu, notamment par le maraîchage. Le coût de l'investissement de la reconversion et le seuil de rentabilité sont fonction de plsueirs paramètres tesl que les choix techniques de l'aménagement, sa superficie, l'ouvrage de stockage qui constitue le poste le plus onéreux. Cependant, les eaux superficielles étant chargées et les bassins favorisant le développement des algues, il faut surmonter ces contraintes techniques et organisationnelles. Il faut installer des stations de filtration, arrêtant les matières de diamètre supérieur à 120 microns risquant d'obstruer les goutteurs. Plusieurs dispositifs ont montré leur efficacité : la préfiltration (par une crépine filtrante ou par un séparateur de particules) ; la filtration biologique (nettoyage par des carpes) ; la filtration mécanique (filtres à sable, filtres à disques) mise au point à l'aide des recommandations du Cemagref. Il reste à harmoniser la coordination des deux systèmes d'irrigation. En effet, l'irrigation gravitaire fonctionne selon le tour d'eau (qui atteint 3 à 4 semaines) et est programmée par culture en fonction des stades critiques ; l'irrigation localisée est con¸cue pour alimenter le sol quotidiennement de la quantité d'eau évapotranspirée. Pour répondre à ces questions, une association des usagers de l'eau agricole par le goutte-à-goutte a été fondée par l'ORMVAT. En outre, les agriculteurs ayant adopté l'irrigation localisée re¸coivent une dotation maximale de 3 000 m3/ha qu'ils gèrent de façon indépendante, en fonction de l'assolement pratiqué et de la capacité du bassin.
Type de document :
Communication dans un congrès
Ali Hammani, Marcel Kuper, Abdelhafid Debbarh. Séminaire sur la modernisation de l'agriculture irriguée, 2004, Rabat, Maroc. IAV Hassan II, 11 p., 2005
Liste complète des métadonnées

http://hal.cirad.fr/cirad-00189142
Contributeur : Marcel Kuper <>
Soumis le : mardi 20 novembre 2007 - 12:16:00
Dernière modification le : mardi 20 novembre 2007 - 13:42:23
Document(s) archivé(s) le : lundi 12 avril 2010 - 02:48:12

Fichier

I_Kobry.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : cirad-00189142, version 1

Collections

Citation

A. Kobry, A. Eliamani. L'irrigation localisée dans les périmètres de grande hydraulique, atouts et contraintes dans le périmètre du Tadla au Maroc. Ali Hammani, Marcel Kuper, Abdelhafid Debbarh. Séminaire sur la modernisation de l'agriculture irriguée, 2004, Rabat, Maroc. IAV Hassan II, 11 p., 2005. 〈cirad-00189142〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

230

Téléchargements de fichiers

1850