Appropriations du cadre de l'association des usagers des eaux agricoles par les irrigants au Maroc. Analyse comparative de cas au Moyen Atlas et Moyen Sebou

Résumé : Des constats d'échec de transfert de gestion (de l'État aux associations d'irrigants) ou de rejet des AUEA (cas de systèmes d'irrigation traditionnels) ont souvent été faits. D'où l'idée de nous intéresser à des cas de réussite où des associations commencent à prendre en charge la gestion de l'irrigation. L'objectif de la présente communication consiste à montrer comment le modèle AUEA est approprié par les irrigants dans des contextes différents (moyenne hydraulique et petite hydraulique). Sur la base d'une analyse comparative de deux situations différentes, la première concerne un périmètre irrigué de taille moyenne récemment créé par l'État, l'autre s'intéresse à des petits périmètres d'origine ancestrale, il s'agit de déterminer les facteurs qui favorisent le processus d'appropriation de l'AUEA comme forme organisationnelle par les irrigants. Les observations de terrain montrent que les dynamiques institutionnelles en cours ont souvent pour origine des initiatives locales prises pour améliorer le mode de gestion. Une fois appropriée, l'AUEA fonctionne différemment du modèle conçu. Au Maroc, les systèmes d'irrigation présentent une grande diversité. L'Etat est entrain de mettre en place une nouvelle stratégie en matière de gestion des ressources en eau. Aussi, différents projets sont conduits pour améliorer la gestion collective de l'irrigation. Ils se veulent participatifs et visent une prise en charge de la gestion des réseaux d'irrigation selon un même modèle d'association d'usagers de l'eau agricole (AUEA). Aussi, l'objectif de la présente communication est de voir comment ce modèle est utilisé par les irrigants dans différents contextes. En effet, les sorts réservés à cette innovation institutionnelle sont multiples, allant du simple rejet à son appropriation effective. L'idée principale est de comprendre les processus d'appropriation observés chez certaines communautés d'irrigants. Puis, en déduire certaines conditions nécessaires pour une réelle prise en charge des systèmes d'irrigation par les agriculteurs. Les situations de rejet des tentatives de greffage des AUEA au sein des communautés d'irrigants sont également observées. Elles présentent des illustrations des différences de conception et de logique entre les pouvoirs publics et les populations locales.
Type de document :
Communication dans un congrès
Marcel. Kuper, Abdel Aziz Zaïri. Troisième atelier régional du projet Sirma, Jun 2007, Nabeul,, Tunisie. Cirad, 8 p., 2008
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.cirad.fr/cirad-00262057
Contributeur : Marcel Kuper <>
Soumis le : lundi 10 mars 2008 - 16:49:37
Dernière modification le : mercredi 28 mars 2018 - 13:30:02
Document(s) archivé(s) le : vendredi 21 mai 2010 - 00:08:29

Fichier

16_Bekkari.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : cirad-00262057, version 1

Citation

L. Bekkari, Z. Kadiri, N. Faysse. Appropriations du cadre de l'association des usagers des eaux agricoles par les irrigants au Maroc. Analyse comparative de cas au Moyen Atlas et Moyen Sebou. Marcel. Kuper, Abdel Aziz Zaïri. Troisième atelier régional du projet Sirma, Jun 2007, Nabeul,, Tunisie. Cirad, 8 p., 2008. 〈cirad-00262057〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

703

Téléchargements de fichiers

1200