s'authentifier
version française rss feed
HAL : cirad-00470998, version 1

Fiche détaillée  Récupérer au format
Savanes africaines en développement : innover pour durer, Garoua : Cameroon (2009)
Fonctionnement et difficultés de la filière des intrants et services vétérinaires dans les savanes d'Afrique centrale
Essène Hamat Mal‐mal ( ) 1, Ndzingu Awa 2, Angaya Maho 3, Jean Enam 4, Mbunkah Achukwi 2, Tany Manchang 2, Germanus Bah 2, Emmanuel Niba 2, Arsène Koumanda 5
(2010)

Le dysfonctionnement dans les interventions vétérinaires a été à l'origine du désordre et du faible niveau de contrôle des maladies animales. L'objectif du travail était d'analyser et de proposer des améliorations en offre de services et intrants vétérinaires. Les entretiens auprès de 777 acteurs ont été effectués entre 2006 et 2008 au Cameroun, en Centrafrique et au Tchad dans les sites du Pôle régional de recherche appliquée au développement des savanes d'Afrique centrale (PRASAC). Les questionnaires semi-fermés ont porté sur l'utilisation des produits vétérinaires chez les éleveurs, les vendeurs et les agents vétérinaires ; et sur les rapports entre différents acteurs. L'étude a montré que depuis la libéralisation de la profession vétérinaire en 1990, les prestations de services aux éleveurs sont limitées. Les maladies classiquement importantes comme la trypanosomose, la fièvre aphteuse, les charbons, la babésiose, la péripneumonie contagieuse bovine, la peste de petits ruminants, la maladie de Newcastle demeurent. L'inaccessibilité des produits vétérinaires et la détérioration des services vétérinaires ont ouvert la voie à l'automédication chez les éleveurs avec les risques de création de souches résistantes des agents pathogènes. Les organisations socio-professionnelles assurent la vente des produits, les soins sanitaires des animaux et la vaccination du petit bétail. La prise de décision des acteurs en matière de gestion des pathologies animales reste précaire. Les intrants vétérinaires représentent des enjeux monétaires additionnels pour les économies. Les services modernisés, l'installation des pharmacies villageoises et les communications permanentes entre acteurs sont les outils d'une gestion durable de la santé animale.
1 :  Institut centrafricain de recherche agronomique (ICRA)
Institut centrafricain de recherche agronomique
2 :  Institut de recherche agronomique pour le développement (IRAD)
Institut de recherche agronomique pour le développement
3 :  Laboratoire de Recherches Vétérinaire et Zootechniques (LRVZ)
Ministère de l'élevage
4 :  Programme coton
irad
5 :  Fédération nationale des éleveurs centrafricains (FNEC)
Fédération nationale des éleveurs centrafricains
Sciences du Vivant/Sciences agricoles/Agriculture, économie et politique
Liste des fichiers attachés à ce document : 
PDF
060_malmal_.pdf(272.8 KB)