Changer l'identité du bétail ? modifier ou enrichir les pâturages ? le nouveau dilemme des éleveurs mbororo, Cameroun, RCA et Tchad - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année : 2010

Changer l'identité du bétail ? modifier ou enrichir les pâturages ? le nouveau dilemme des éleveurs mbororo, Cameroun, RCA et Tchad

(1, 2)
1
2

Résumé

L'identification des communautés mbororo à leur bétail n'est plus à démontrer : boeufs rouges des Wodaa'be et des Jaafun, boeufs blancs des Aku, boeufs blancs brahmanes des Bokolo, sans compter les produits de croisement de certaines sous fractions mbororo. Toutefois les mutations sont courantes et les boeufs d'héritage (asliiji ou horeeji) ne représentent parfois qu'un élément mineur des troupeaux. Tous ces zébus sont crédités, chacun, de comportements particuliers quant à leur déambulation et leur façon de pâturer. La recomposition des cheptels accompagne des choix de stratégies, pour de grandes transhumances longitudinales ou, au contraire, des replis sur des parcours plus modestes, ou encore pour servir d'amorce de sédentarisation auprès de « territoire d'attache ». Ces recompositions passent par des croisements avec des éléments clefs, comme le zébu de l'Adamaoua, le gudaali, pour servir un besoin de sédentarisation, et le zébu bo'deeji pour relancer la transhumance. Les changements d'identité de ces élevages peuvent être, et c'est souvent le cas, très rapides. Si les Mbororo ont accepté très tôt la couverture sanitaire proposée par les vétérinaires pour assurer leurs descentes sur les pâturages guinéens touchés par les glossines et qu'ils se procurent maintenant des médicaments sur les marchés et vaccinent même leurs animaux, ils ont toujours refusé les plantes fourragères et les pâturages améliorés proposés par les agrostologues. Toutefois, avec la dérégulation des transhumances sur fond de crise socioculturelle de leur société, et dans un cadre toujours plus instable, les Mbororo semblent aujourd'hui condamnés à d'autres formes d'élevages qui prendraient en compte prioritairement la nature des pâturages et moins celle des animaux. La double crise que connaît le nord du Cameroun, celles du coton et de l'élevage, pourrait constituer une chance pour envisager qu'éleveurs et cultivateurs partagent la même ressource. La mise en place d'une vulgarisation de masse des SCV (Système sur couverture végétale permanente) par la Sodécoton, et qui s'accompagne de culture de plantes de couverture, de production de graines et de savoir-faire pour y parvenir, inciterait des éleveurs de plus en plus privés de pâturages et de résidus de récoltes à produire leur propre biomasse.
Fichier principal
Vignette du fichier
112_seignobos.pdf (117.99 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

cirad-00472094 , version 1 (09-04-2010)

Identifiants

Citer

Christian Seignobos. Changer l'identité du bétail ? modifier ou enrichir les pâturages ? le nouveau dilemme des éleveurs mbororo, Cameroun, RCA et Tchad. Savanes africaines en développement : innover pour durer, Apr 2009, Garoua, Cameroun. 11 p. ⟨cirad-00472094⟩
300 Consultations
569 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More