Appui au volet " Professionnalisation des organisations de producteurs " du projet BV-LAC. Utilisation et valorisation du réseau de fermes de références au sein du projet BV-LAC

Résumé : L'approche " exploitation " a été récemment introduite dans les projets de développement de type BVPI, Bassin versant/périmètres irrigués, financés par AFD : en 2006 avec le projet pilote BV-lac I (au lac Alaotra) puis maintenue avec BVlac II depuis 2008. Cette approche privilégie la compréhension de la structure des exploitations agricoles et l'intégration des technologies à développer (nouveaux itinéraires technique ou améliorations organisationnelles du type accès au crédit ...) à travers une prise en compte des stratégies paysannes en fonction d'une typologie opérationnelle au détriment d'une approche classique de type parcelle ou le projet cherchait avant tout à multiplier le nombre de personnes pouvant développer tel ou tel système de culture amélioré sans quantifier de l'impact du choix technique sur le reste de l'exploitation. L'aide à la décision dans les projets vise à éclairer le maitre d'ouvrage et le maitre d'oeuvre en leur montrant les conséquences d'un choix technique ou organisationnel, l'impact d'une mesure sur les prix et la résilience des systèmes après un changement technique. L'objectif d'une telle approche est d'optimiser les efforts de vulgarisation en minimisant les " pertes par abandon " en proposant pour chaque type d'exploitants des techniques et services qui lui soient vraiment adaptés. L'idée est de mieux comprendre les processus d'innovations en cours et passés, de rechercher les techniques et services les plus appropriables par les producteurs en fonction de leur situation et de leur orientation stratégique vis-à-vis du changement technique. Deux outils ont été développés pour supporter une telle approche : les sessions d'autoévaluation de type API (Accélération de la Propagation de l'Innovation), initialement lancée par Guy Belloncle, qui permettent d'identifier les processus d'innovation en milieu paysan et un réseau de fermes de références qui permet l'analyse prospective et suivi-évaluation. Ces sessions Api permettent de suivre annuellement l'évolution des systèmes de culture au sein d'une exploitation ou un groupe d'exploitation et de constater les techniques privilégiées par les paysans et les stratégies de culture associées. L'analyse sera intégrée à la compréhension des stratégies globales paysannes par type. Cette méthode permet de repérer les processus d'innovations, les changements de pratiques et les grandes tendances au niveau exploitation agricole qui peuvent ensuite servir de base pour l'élaboration des différents scénarios possibles et le choix des scénarios de références. Un scénario de référence est un scénario jugé potentiellement intéressant pour un type d'exploitation intégrant des recommandations explicites soit sur une itinéraire technique amélioré (de type SCV par exemple) soit sur des propositions sur l'élevage (dans une perspective d'intégration agriculture élevage, soit sur des propositions organisationnelles via une OP. Le réseau de fermes de références (RFR) est un ensemble d'exploitations représentatives des différentes situations agricoles, suivies tous les ans, permettant de mesurer l'impact des actions d'un projet et les processus d'innovations qui en découlent. Les objectifs sont les suivants : i) la mesure d'impact et le suivi-évaluation à travers le suivi annuel et ii) l'analyse prospective (couplée avec le logiciel Olympe) et la comparaison entre les scénarios potentiels et la réalité. La mise en place des réseaux de références se fait parallèlement à l'adoption d'une approche exploitation par les projets. L'usage du RFR à travers la modélisation par le logiciel Olympe a aussi une valeur pédagogique indéniable qui a beaucoup contribué à une formation " indirecte " sur la " démarche exploitation " de tous les personnels des opérateurs des projets. Les principaux résultats de ces enquêtes ont été publiés comme documents de travail et sont présentés dans ce CD rom. La construction du RFR est faite à partir de 5 enquêtes pré-éxistantes sur les exploitations agricoles (TAFA, ANAE et BRL sur près de 250 exploitations) qui nous ont permis de formuler un certain nombre d'hypothèses et d'une enquête globale autour du lac réalisée en 2007 sur 120 exploitations. Une typologie et un premier choix des fermes du RFR ont été identifiés en 2007. Des enquêtes complémentaires ont été réalisées en 2008 et 2009 pour affiner le choix des fermes du RFR Le RFR a donc été construit sur la sélection de quelques exploitations par type issues de la typologie de 2007 toujours en vigueur en 2010. La typologie 2007, affinée en 2008, fournit donc une classification des exploitations agricoles en fonction de leur contexte, de leurs contraintes, de leurs facteurs de production et de leurs stratégies. Cette typologie pourra être amenée à évoluer au cours du temps pour s'adapter au contexte local et aux objectifs du projet. Le suivi annuel du RFR mis en place est réalisé par les opérateurs eux-mêmes et génère des données actualisées annuellement avec le logiciel Olympe. L'approche participative, ou mieux un véritable partenariat avec les producteurs, les OP locales (Organisations paysannes) et les opérateurs de développement, est essentiel dans la réalisation du réseau avec la restitution des résultats d'enquête auprès des producteurs. Le RFR permet d'obtenir des informations importantes sur les points suivants : - fournir des résultats sur les marges/ha, productivité du travail, valorisation de la journée de travail par activité, niveaux de revenus et différentes stratégies : - mettre en adéquation les thèmes techniques développés et les types d'exploitation (recommandations, crédits, programmation des travaux annuels). - fournir des infos de base (prix de revient..) pour les adhérents des OP et une meilleure capacité à négocier sur le plan commercial. - permettre de mieux comprendre également les dynamiques foncières, l'impact de la sécurisation foncière, les pratiques et les trajectoires. - anticiper les problèmes (exemple : commercialisation....) - Mieux estimer les degrés possibles d'autonomisation des acteurs (producteurs et OP) en fonction des résultats économiques réellement observés Les objectifs finaux du RFR sont les suivants : - de permettre aux opérateurs de mesurer l'impact des actions de développement. - De développer des scénarios de développement avec les différents types d'exploitation pour affiner les recommandations techniques et diminuer le taux de perte et d'abandon en seconde ou troisième année des personnes suivies par le projet. La technique des RFR, les conventions utilisées pour la modélisation, la mise en œuvre des itinéraires techniques standards et les conventions sur l'analyse prospective et la création des scénarios ont été publiés dans des documents de travail de travail de la série AFD (voir liste en annexe), également présents dans ce D rom. Pour mettre en œuvre les scénarios, il a fallu identifier tous les systèmes de cultures et itinéraires techniques SCV (et autres) ce qui a demandé aux opérateurs de traiter leurs bases de données " parcelles " et d'identifier avec précision tous leurs produits. Ces itinéraires techniques standards, chiffrés sur la base des résultats réellement observés en milieu paysan depuis 7 ans, ont été aussi publiés dans des documents de travail de la série AFD (liste en annexe). La construction de scénario est basée sur la possibilité de proposer des itinéraires techniques améliorés, végétaux ou animaux, et de comparer les situations avec ou sans changement technique. On a donc identifié 3 groupes d'itinéraires techniques (ITK) pour les différents systèmes de cultures : - les ITK réellement pratiqués par les paysans et actualisés chaque année : ces pratiques peuvent être soit les pratiques traditionnelles, soit des pratiques améliorées déjà adoptées ou appropriées, voire partiellement transformé " par les paysans en projet. - Les ITK standards issus des bases de données des opérateurs permettant d'aider à la décision sur les types d'ITK a proposer selon les types d'exploitations (basés donc sur des résultats réels obtenus les années précédentes). Ces ITK seront donc prioritairement utilisé pour l'analyse prospective afin d'identifier les meilleurs ITK par type compte tenu des caractéristiques de campagne et de marchés. - Les ITK standards intensifs : avec généralement une fertilisation importante de type F2 (selon la classification du GSDM) afin d'être capable de proposer également des ITK intensifs pour les producteurs qui le souhaitent. On sépare également les cultures de saison de celles de contre-saison (jusqu'à 3 saisons de culture sur les hauts plateaux). Dans les sessions d'analyse des scénarios avec les opérateurs du développement, on utilise ces différents groupes d'itinéraires techniques dans les scénarios. Les premiers résultats de la mise en place de ce RFR en 2008/2009 sont les suivants : - une démarche exploitation bien comprise et réellement utilisée à travers le maniement des différents concepts pendant l'élaboration des scénarios : la valeur pédagogique du RFR a donc été confirmée. - le traitement effectif des bases de données parcelles pour identifier les itinéraires techniques standards : les opérateurs sont donc maintenant capables de chiffrer leurs performances en détail et de chiffrer les principaux résultats technico-économiques des itinéraires techniques actuellement diffusés et de les intégrer dans leur fiche de description des systèmes. - la mise au point de conventions communes de modélisation et d'une démarche générale appliquée au projet compte tenu des contraintes des opérateurs : conventions qui peuvent être reprises par tous les projets afin de rendre compatibles les comparaisons entre elle. - une base de données " exploitation " et " scénarios " sous Olympe permettant le suivi -évaluation et l'analyse prospective - la maitrise d'un outil au service de la démarche pour chaque opérateur et la possibilité d'une utilisation post projet dans une optique d'autonomisation. Le réseau de fermes de références est un outil puissant d'analyse des exploitations agricoles mais il ne faut pas perdre de vue que ce n'est qu'un outil au service d'une démarche. Il doit donc être valorisé comme tel auprès des agents vulgarisateurs du projet et des organisations paysannes (OP) associées. L'analyse des exploitations, la compréhension des systèmes paysans et l'évaluation des réels besoins des agriculteurs doit être l'objectif de l'utilisation du RFR et c'est bien le RFR qui est au service de ces analyses et non pas le contraire. La mise en place du RFR est un projet ambitieux qui demande de la part de tous les acteurs du projet beaucoup d'investissement. La masse d'informations collectée est importante dont une partie pré-éxistante dans les bases de données " parcelle " : la rigueur doit être de mise au risque de détourner l'outil de ses objectifs initiaux. Pour le que le RFR soit un outil pérenne, il est très important que les données collectées soient confrontées à d'autres bases de données opérateurs. Il reste cependant des adaptations à faire pour rendre les RFR pleinement opérationnels et surtout trouver le bon équilibre entre la simplicité de l'outil, sa représentativité et son niveau de complexité afin de ne pas sombrer dans un instrumentalisme qui dénaturerait l'objectif initial. Finalement, le RFR est aussi un outil permettant d'introduire un certain nombre de concepts et de méthodes d'analyse aux agents du projet. En février 2010 sont disponibles les outils suivants : - sessions API : rapports des 23 réunions et synthèse. - RFR : opérationnel avec un fichier Olympe nettoyé, complet et encours d'actualisation avec les résultats de la compagne 2009 - Des personnels de projet formés à la démarche - Des documents de travail illustrant toute la démarche - Des documents de travail sur les itinéraires techniques standards issus du traitement des bases de données parcelles (systémisation de l'information) - Une compréhension des processus d'innovation paysanne et des phénomènes d'appropriation permettant aux opérateurs de réagir d'une campagne sur l'autre - Une démarche expérimentale de conseil aux exploitations de groupe. L'objectif immédiat pour 2010 est de poursuivre la formalisation de la méthode de conseil technico-économique et de renforcer les capacités d'intervention des principaux intervenants dans ce secteur (les techniciens à la base, les cadres des opérateurs, la cellule du projet).
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
2010
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [6 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.cirad.fr/cirad-00768195
Contributeur : Mahafaka Karen Ranoarisoa <>
Soumis le : vendredi 21 décembre 2012 - 07:02:27
Dernière modification le : mercredi 10 octobre 2018 - 14:28:06
Document(s) archivé(s) le : vendredi 22 mars 2013 - 03:45:15

Fichiers

rapport_RFR_BVlac_fA_vrier_201...
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : cirad-00768195, version 1

Collections

Citation

E. Penot. Appui au volet " Professionnalisation des organisations de producteurs " du projet BV-LAC. Utilisation et valorisation du réseau de fermes de références au sein du projet BV-LAC. 2010. 〈cirad-00768195〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

229

Téléchargements de fichiers

217